09/03/2008

Le blaireau et la volonté politique

 

Les procès-verbaux d'assemblée générale et les rapports d'activité sont rarement passionnants. Néanmoins ce sont souvent de saines lectures pour un localier. La citation ci-dessous est tirée du procès-verbal de l'assemblée d'AgriGenève du 29 mars 2007:

"La progression des dégâts de la faune sauvage devient intolérable. Jacques Dugerl-Gubler ne comprend pas les frais engagés par le Domaine de la nature en faveur d'une famille de blaireaux à la Plaine (de l'odre de 40'000 francs) alors que des hectares de cultures sont détruits!"

 

40'000 francs, fichtre, ce n'est pas rien même si le Domaine de la nature dispose d'un budget annuel de l'ordre de 17 millions. Et que le blaireau ne figure pas dans la liste des espèces prioritaires, du moins celle qui figure sur le site internet de l'Etat. François Erard a répondu qu'un "groupe de travail Etat-AgriGenève va plancher sur la question".

 

Renseignements pris auprès des gardes faune, il apparaît que le blaireau est un peu l'arbre qui cache la forêt. M. Däniker ne conteste pas qu'en effet les blaireaux depuis toujours riverains du nant qui sépare Russin de Dardagny décidèrent un beau jour d'explorer le terrain au-dessus. Au point que leurs terriers minèrent les fondations de la route qui monte à Dardagny. Mais l'animal n'est pas seul responsable, assure le garde faune. Des racines de peupliers ont aussi mis à mal cette route, dont le coût de réfection a dû dépasser 40'000 francs. Quant aux dégats directs occasionnés par les blaireaux aux vignes, ils ont donné lieu à des indemnités de 3600 francs en 2006 et de 9000 francs en 2007, note le fonctionnaire un brin dépité, "parce que des viticulteurs n'ont pas pris la précaution de clôturer leurs parchets".

 

 

 

Autre citation intéressante tirée du même procès-verbal, celle de Roger Meylan du Domaine des Vignes blanches et ci-devant maire de Cologny, qui demande un "toilettage de la zone agricole et la régularisation des surfaces déjà construites dans cette zone". Où l'on apprend qu'environ 2000 hectares de la zone agricole sont en réalité bâtis, cela concerne aussi des routes et des bâtiments fédéraux. "On ne constate aucune volonté politique de s'attaquer à ce toilettage... " répond François Erard, directeur d'AgriGenève.

 

La carte ci-dessus en libre accès sur le site du système d'information du territoire genevois SITG montre en blanc les zones agricoles et en couleurs les différentes zones à bâtir. Ci-dessous un zoom sur la situation du village d'Arare, complètement en zone agricole.

 

 

 

On lira avec intérêt au sujet de l'urbanisation une étude déjà ancienne mais pleine d'enseignement intitulée Zone agricole, quel avenir? et ausssi l'étude Greencities que le programme des Nations Unies pour l'Environnement consacre à cinq villes dont Genève.

 

A suivre

 

J.-F. Mabut

17/12/2007

L'amiante, une invitée bien embarrassante

"L'amiante s'est invitée vendredi au Grand Conseil genevois lors du débat sur le budget 2008 de l'Etat", écrivait l'ats dans sa dépêche sur le sujet. Dans la matinée, le Grand Conseil a en effet voté à la hâte un crédit d'investissement additionnel de 10 millions de francs pour mener une étude sur l'amiante et entreprendre des travaux d'assainissement du Cycle d'orientation du Foron l'an prochain. Rédigé à la main sur une feuille à la dernière minute, l'amendement réclamant ces fonds a été accepté sans trop de débats. Il est pourtant annonciateur de dépenses bien plus importantes. Faites le calcul: 308 bâtiments publics sont suspecté de contenir de l'amiante. Parmi eux, quinze cycles d'orientation sur vingt et 77 écoles primaires sur 165. En chiffrant les travaux à quelques millions par bâtiment, on arrive à des sommes qui risquent de peser lourds... sur le budget.

Et il faudra payer. Car le plus important est bien sûr ailleurs. Il s'agit avant tout d'un problème de santé publique. Pendant longtemps, les efforts d'éradication de l'amiante, substance, rappelons-le qui peut provoquer le cancer de la plèvre, se sont concentrés sur son utilisation dans la dispersion, le flocage. Les ouvriers de la construction ont été suivis. Or, depuis peu, les faux-plafonds et l'utilisation de l'amiante pour isoler les tuyaux est aussi montrée du doigt. Le cas de deux employés du Cycle du Foron, tous deux malades et dont les maux sont liés à la présence d'amiante dans cette école, nous a ouvert les yeux. Les dangers, même minimes pour la santé dans le cas des faux-plafonds et des tuyaux, devront être réduits à zéro. Et il n'y aura qu'une solution. Enlever tous les éléments contenant de l'amiante et fermer la porte à cette invitée décidemment bien embarrassante. Jean-Yves Clémenzo

15/10/2007

Grève...

Photo: Laurent Guiraud. Les ouvriers sont dans la rue. Pont du Mont-Blanc, lundi 11h30.

En route pour la manif

Photo: Laurent Guiraud. Place des 22 cantons, lundi matin 9h15. En route pour la grève.

08/10/2007

Essai

Essai de publication privée

05/10/2007

Accident spectaculaire route de Ferney.

Photo: Laurent Guiraud. Route de Ferney,Gd Saconnex, vers 13 heures.

04/10/2007

Marie-Thérèse s'éclate!

Photo: Laurent Guiraud. Papéterie Brachard,Jeudi soir lors de la fête de la rue de la Corraterie.

03/10/2007

Le sahara s'invite au bout du pont du Mont-Blanc

Photo: Laurent Guiraud. Suite à une pollution plutôt glissante, la voirie a déversé un sable absorbant. Quai général Guisan,ce matin,9h15.

30/09/2007

No Comment.

photo: Laurent Guiraud. Samedi 29 septembre 14h30,rue des Alpes.

29/09/2007

Solidarité avec les Birmans:Place Neuve midi.

Photos: Laurent Guiraud. Manifestation qui a rassemblé environ 350 personnes.