30/04/2009

Haller au 425e du Collège: "Je serai court, mais bref"

Inauguration du musee de la Reforme.Samedi apres midi, un grand spectacle avait lieu dans la cathedrale et Bernard Haller a prouve que son «sermon» etait toujours d'actualite 16 avril 2005 cyber aldag.jpgOn pensait revoir Bernard Haller au 450e anniversaire du Collège le samedi 9 mai mais le Destin en a décidé autrement. L'humoriste, dont la cérémonie funèbre a eu lieu cet après-midi au temple de Chêne-Bougeries, avait été l'orateur officiel du 425e. Il avait alors parodié le discours d'un ancien directeur de l'institution avec ces paroles: "Je serai court, mais bref".

A l'occasion du 400e, Michel Simon avait déclaré: "Il n'est pas nécessaire d'avoir été bon élève pour faire la joie de ses professeurs". Simon avait été viré du Collège et prié d'aller faire le pitre ailleurs. Ce qu'il a fait avec un certain succès.
Jean-Claude Ferrier

24/03/2009

Cramer va distribuer des chèques

monde ampoule climat.jpgChic, c'est lui le cheik! Il va distribuer des chèques antipetrodollars. La cagnotte du ministre du territoire et de l'énergie - c'est lui le Père Noël - devrait s'élever entre 12 et 16 millions de francs. Des subventions exceptionnelles en faveur de l'assainissement énergétique du parc immobilier genevois et des énergies renouvelables.

Baptisé « Chèque 2009 énergie », l'opération "s'adresse à tous les propriétaires ayant en 2009 un projet de construction ou de rénovation dans le canton. Il constitue une opportunité sans précédent pour atteindre les objectifs de la politique énergétique genevoise. De plus, ajoute le communiqué du Conseil d'Etat qui annonce une conférence de presse sur le sujet le 31 mars "dans le contexte économique actuel, cette mesure bénéficiera indirectement à de nombreuses entreprises actives dans le secteur du bâtiment."

Robert Cramer évoquera le contexte général et rappellera les objectifs de la mesure. Olivier Epelly, directeur du service de l'énergie, détaillera la mise en œuvre concrète, les activités subventionnées, la marche à suivre et les conditions d'octroi. A suivre sur www.tdg.ch.

N'hésitez pas à nous suggérer des questions à poser à notre ministre de l'énergie! Cliquez sur le mot Commentaire ci-dessous, notez votre nom et votre e-mail (l'adresse de votre blog ou de votre site internet si vous en avez un). Les messages concis, courtois, pertinents et signés seront particulièrement appréciés. (JFM)

25/08/2008

Et si l'école était plus conviviale?

Rentree des classes.JPGDrôle de rentrée ce matin au Centre-Ville. Dans la cour, dès 7h45, parents et enfants arrivent. Ceux qui viennent pour la première fois, qu'ils aient 4, 6 ou 8 ans, 30 ou 40 ans, observent,  timides, réservés.
Parmi les autres, les "Alors, c'était comment tes vacances!" fusent de tous côtés.Sourires et plaisir de se retrouver. Les minutes passent.
Huit heures va sonner. Tiens, aucun enseignant n'est encore dans la cour. Contrairement aux autres années. La sonnerie retentit. Toujours personne. Les parents se regardent, hésitent. Et finissent par suivre leurs enfants qui s'engouffrent par la porte. 

Deux enseignantes attendent en bas de la montée et réunissent leurs élèves dans le couloir du rez-de-chaussée. Tous les autres enfants grimpent les marches du grand escalier de pierre. On cherche l'étage, le nom du professeur sur la porte. On attend avec les enfants. Voilà l'enseignante. On peut partir. Les parents redescendent; ceux qui ont plusieurs enfants commentent: "c'est bien la première fois que les enfants ne sont pas accueillis dans la cour!".

Et la directrice? ou le directeur? Où était-il ce matin? Pourquoi n'était-elle pas dans la cour, avec tous les enseignants? Pourquoi n'a-t-il/elle pas profité de ce petit moment de contact pour dire bonjour aux parents présents, leur serrer la main, se présenter, en attendant la réunion officielle  de la classe, qui  a d'habitude lieu au cours du mois d'octobre?

Quelle occasion ratée de faire de l'école un lieu convivial! En ce 25 août, c'est resté un endroit anonyme où personne ne sait quel est le visage de personne.

Sabine Estier Thévenoz
 

Ce blog http://macadam.blog.tdg.ch est public! Pour publier informations, humeurs, messages, réflexions, propositions relatives à la vie des Genevois, cliquez sur le mot commentaires sous chaque billet ou adressez vos notes à blog@tdg.ch. Elles seront publiées dans les meilleurs délais pour autant qu'elles soient signées.

NB: ce blog est géré par J.-F. Mabut, responsable des blogs de la Tribune de Genève (jf.mabut@edipresse.ch). Tout un chacun peut créer un blog, il suffit de s'inscrire ici. N'oubliez pas d'envoyer un courriel à blog@tdg.ch pour signaler l'existence de votre carnet de notes interactif.

 

 

23/07/2008

Moisson d'épeautre à Landecy

moisson landecy.pngLes moissons du blé battent leur plein dans le canton. Les champs sont beaux mais les rendements un peu décevants, note Michel Bidaux à Troinex. Alors que le mais, le soya et le tournesol profitent de la météo actuelle, les céréales paient le temps pourri de la fin du printemps.

A Landecy, C'est Thomas Descombes qui nous accueille sur sa machine. Il bat de l'épeautre pour le compte des Jardins de Cocagne qui ont repris il y a quelques années une partie du Domaine Micheli. Voir notre vidéo prise sur le vif.

Lire la suite

21/07/2008

Echos vidéo de la fête de la tomate

Soleil à profusion ce samedi. Du monde à la fête de la tomate. La dixième du nom. La dernière à Carouge? Peut-être. L'Union maraîchère de Genève, au bénéfice de la première zone agricole spéciale du canton, devrait pouvoir reconstruire son centre de conditionnement et d'expédition dans la plaine de l'Aire et laisser sa place au Geneva green down town, le futur centre ville écolo de la Praille Vernets Acacias.

Samedi, la fête de la tomate était l'occasion de rencontres, d'un grand repas communautaire et de dégustations: vins genevois, saucisses d'Ajoie, gaspacho Vidonne et tomates de Lullier. Voir aussi ici.

/p>

17/07/2008

Au secours d'un mouton prisonnier

L'aventure survient parfois sans crier gare. Peu avant midi, ce jeudi 17 juillet, sur la route d'Annecy six moutons traversent la route. Où est le berger? Pas âme qui vive dans les parages. Les voitures ralentissent à peine. Que faire? Passer sans sourciller en laissant au hasard et à la nécessité le destin de ces ruminants vagabonds? Non, il faut les protéger du trafic.

Sautant de la voiture Marie-Cécile se fait bergère du temps présent. L'instinct grégaire du mouton fait le reste. Le troupeau semble rentrer au bercail sans coups férir. Quand à cent mètres de la route, l'origine de cette échappée belle se révèle. Un male est pris au piège du filet qui clos la bergerie de fortune. La suite sur la vidéo prise sur le vil pour Macadam Genève. Question: la fugue des six était-elle un appel à l'aide? (JFM)

 

17:39 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4)

10/07/2008

Les Suisses frontaliers ne sont pas dans la statistique des frontaliers

frontiere.jpgLes Suisses établis en France voisine ne sont pas comptés dans la statistique des frontaliers. Il serait 15 à 17'000 actuellement. Un chiffre qui s'ajoute aux 62'744 permis frontaliers délivrés à des non Suisses, dont un peu plus de 50'000 sont actifs. Dans un commentaire malheureusement anonyme posté sous le billet précédent, Café a posé une bonne question. L’OCSTAT confirme et signale qu’une enquête pour dénombrer plus précisément ces Suisses ou ces binationaux frontaliers est en cours en étroite collaboration avec l’INSEE. Ils ne sont certainement pas 27'000 à travailler en Suisse, comme le prétend de manière un peu péremptoire notre internaute, souligne Mme Rossillion de l’Office cantonal de la statistique que nous avons interpellée à ce sujet. Nous publions ci-dessous son analyse et profitons de la remercier vivement pour son courriel précis, complet et rapide. (JFM)

Lire la suite

17:20 Publié dans France, Genève | Lien permanent | Commentaires (8)

13/06/2008

A Piogre en 1928

1444958913.pngPour fêter les 80 ans d'une entreprise, un ami me demande ce qu'il se passait à Piogre en 1928. Cette année-là, l'UBS offrait un intérêt de 4% sur les dépôts, de quoi rêver aujourd'hui. Le bel immeuble du Bourg-de-Four, en bas la rue des Chaudronniers à droite vu de "La Clémence", était menacé de démolition. On a évité le désastre "grâce à une courageuse intervention du radical Lucien Billy", maire de Genève bien des années plus tard.
Dans la foulée, on exigeait des silencieux sur les bateaux à moteur, qui font trop de vacarme. Une pétition circule aussi pour que les Genevois mettent une sourdine à leurs appareils de TSF, qui font aussi trop de bruit. En revanche, personne n'a protesté contre le raffut provoqué par la Bugatti qui pulvérise le record du kilomètre lancé à Eaumorte, 187 km/h.
Le fragile ballon qui domine notre Jet d'Eau sort de l'usine Cameron, en Angleterre. La même qui a fabriqué le "Breitling Orbiter" de Bertrand Piccard. Peurs rétrospectives. (photo VP
 
Jean-Claude
Dr honoris colza pour Tribune Campagne

17:27 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0)