24/11/2008

Le MCG s'approprie le Cé qu'è lainô

nouveau site mcg 24 nov 08.jpgça clignote de partout sur le nouveau site internet du MCG. Le lider maxiomo y impose sa bobine sur fond de photo défilante de la rade de Genève. L'hymne national genevois, le Cé qu'è lainô, tourne en boucle. Le site vient d'être lancé et est encore partiellement en chantier.

A noter que le MCG est le premier et le seul parti politique genevois à proposer un écran de télévision. Déja douze émissions sont en boîte. Le lider maximo s'y exprime régulièrement.

Le site propose aussi des blogs. Bon point, ils sont tous hébergés sur le site de la Tribune de Genève qui s'impose désormais comme le premier site de blogs citoyens à Genève. Dommage que le logo "Blogger avec nous!" reprenne le B de Google!

JFM

 

Macadam genevois est un blog qui accueille volontiers les potins genevois. N'hésitez pas à nous envoyer vos nouvelles à blog@tdg.ch. Merci de respecter notre netiquette: concision, courtoisie, pertinence et identité de l'auteur. Sur ce dernier point, nous proptégeons nos sources en cas de demande.

08:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5)

14/11/2008

Mille filles sont restées en classe

martine ingénieure.pngQuelque 1100 filles ont accompagné hier leur père, leur mère ou une personne proche de la famille sur son lieu de travail, annonce Madame Egalité des sexes. Ce nombre en baisse par rapport aux années précédentes représente un peu plus de 56% des filles de 5e primaires. Un peu moins de mille filles et les garçons sont donc restés en classe.Qui sont ces filles? Pourquoi leurs parents n'ont ils pas pu leur faire découvrir leur métier?

Défenseur d'une Jounée des filles "canal historique", Genève a fait hier cavalier seul. Les autres cantons romands ont ouvert la journée aux garçons sous le thème Journée des filles Projet pour les garçons (chaque groupe a eu droit à son dépliant spécifique). Le canton de Vaud a même abandonné le label Journée des filles pour un libellé asexué Osez tous les métiers.

Teresa Skibinska, directrice du Service de promotion pour l'égalité entre homme et femme s'interroge. Sur le plan de la communication, la cacophonie romande n'est évidemment pas top. Faut-il maintenir la Journée des filles? Le débat est ouvert pour 2009.

Lire la suite

13/11/2008

Des journalistes en herbe à la Tribune de Genève

JOURNée FIlles.jpg

Ce jeudi 13 novembre, à l'occasion de la Journée des Filles, la Tribune de Genève a réservé un accueil tout particulier à quatre jeunes visiteurs d'un jour: deux Genevoises de 10 ans, Lena et Assouane, et deux Vaudois (dans le canton de Vaud, la Journée des filles s'appelle journée Osez tous les métiers, et elle est mixte...) de 11 et 12 ans, Ilan et Saverio. (PHOTO: Laurent Guiraud)

Nos quatre journalistes en herbe ont interviewé quatre femmes journalistes de la Tribune de Genève. Voici leurs compte-rendus...

Interview de Françoise Nyddegger, responsable des livres pour enfants à la Tribune de Genève, par Ilan, 11 ans.

Ilan, 11ans, a interviewé Françoise Nyddegger, responsable des livres pour enfants à la Tribune de Genève


Quel métier auriez-vous aimer faire lorsque vous aviez 11ans ?
Etre aventurière et voyager dans les pays.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?
Parce que j’aime beaucoup écrire et rencontrer des gens.

Voudriez-vous changer de métier ?
Oui, pour écrire plus.

Aimeriez-vous avoir 11 ans aujourd’hui ?
Non, je ne suis pas attirée par l’électronique et je me sentirait perdue. Je trouve qu'aujourd'hui on demande aux enfants de devenir de petits adultes trop vite. Il faut les laisser rêver et grandir tranquillement.

Quelles sont les différences ?
Je ne suis pas fan de l’électronique, et je trouve qu'aujourd'hui on laisse moins de place au rêve et à l'imagination des enfants.

Qu’est-ce que vous aimez dans votre travail?
C’est que je peux rencontrer des personnes qui créent des choses, comme des auteurs de livres pour enfants par exemple. J'aime beaucoup discuter avec des gens dont le métier est de créer.

Etes-vous contente d’être une femme ou auriez-vous préféré être un garçon ?
Oui. Je suis contente d’être une femme.

Pourquoi ?
Parce que je peux avoir des enfants et que je n’ai pas besoin de faire l'armée.

Interview de Anne-Muriel Brouet, responsable des pages Science à la Tribune de Genève, par Lena, 10 ans.

Lena, 10 ans, a interviewé Anne-Muriel Brouet, responsable des pages Science et Santé de la Tribune de Genève

Quel métier auriez-vous aimé faire lorsque vous aviez 10 ans ?
A 10 ans je n’avais pas envie d’un métier particulier mais ma mère voulais que je devienne infirmière.

Pourquoi avoir choisi ce métier ?
J’ai commencé par hasard et j’ai aimé, alors j’ai continué.

Etes-vous contente d’avoir choisi ce métier ?
Oui et cela fait 14 ans que je le fais, je suis contente parce que c’est varié et on a beaucoup de liberté. On apprend beaucoup.

Aimeriez-vous avoir 10 ans avant ou maintenant ?
Non. Je me contente de mon âge et ce n’est ni plus facile, ni plus difficile.

Quelles sont les différences entre avant et maintenant?
Avant on était plus "bébé". On se posait moins de question sur le monde extérieur. Maintenant, on a plus de choix, de liberté.

Etes-vous contente d’être une femme et pourquoi ?
Oui. On peut faire des bébés. On a la liberté. On est plus belles

Interview de Julie, rédactrice de l'Encre Bleue, par Savério, 12 ans.

Saverio, 12 ans, a interviewé Julie, rédactrice de la rubrique Encre Bleue de la Tribune de Genève

Quel métier auriez-vous aimé faire à 12 ans?
Danseuse classique.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?
Parce que je n’ai pas pu faire danseuse classique. Et que c’est un métier de communication, d’écriture, de contact avec les gens.

Voudriez-vous changer de métier ?
Non.

Aimeriez-vous avoir 12 ans aujourd’hui ?
Non, car je trouve que maintenant la vie est plus difficile pour les jeunes et les enfants.

Quelles sont les différences ?
Avant il me semble que la vie était plus facile. La relation avec les parents était elle aussi plus simple. Par exemple, les mères travaillaient moins, s'occupait plus de leurs enfants et cela formait un cocon familial plus sécurisant. Les enfants étaient moins livrés à eux-même.

Qu’est-ce que vous aimez dans votre travail ?
Le fait que c’est tous les jours différent. J'aime aussi le contact permanent avec les gens de la ville, de la rue, les papas, les mamans, bref "monsieur-tout-le-monde". Il faut de l’imagination.

Etes-vous contente d’être une femme ou auriez-vous préféré être un homme ?
Je suis ravie d’être une femme, même si les femmes n’on pas une vie facile. Mais elles ont la chance de pouvoir faire et s'occuper de leurs enfants.

Interview de Pascale Zimmermann, responsable de la rubrique culturelle à la Tribune de Genève, par Assouane, 10 ans.

Assouane, 10 ans, a interviewé Pascale Zimmermann, cheffe de la rubrique ulturelle de la Tribune de Genève:

Etes-vous contente d'être une femme et pourquoi ?
Je suis très contente parce que je me sens très femme, à la fois mère, épouse et journaliste.

Quel métier auriez-vous aimé faire lorsque vous aviez mon âge ?
Je voulais être styliste ou architecte.

Pourquoi avoir choisi ce métier ?
Une fois devenue grande et après avoir entamé des études de Lettres, je me suis aperçue que ce que je voulais vraiment faire c’était écrire.

Etes-vous contente d’avoir choisi ce métier ?
Oui, je suis très contente.

Aimeriez-vous avoir 10 ans avant ou maintenant ?
Avoir 10 ans maintenant pour tout recommencer.

Quelles sont les différences entre avant et maintenant ?
Des tas de choses sont devenues évidentes maintenant. Petite, je ne savaios pas ce que c'était qu'un ordinateur. Aujourd'hui, toutes les petites filles savent ce que c'est. Et les choix offerts aux jeunes filles sont plus vastes… études, carrières et puis même les métiers qui étaient à mon époque réservés aux hommes.