14/07/2008

Jean-Jacques aime son pays

blavignac.gifJean-Jacques Marteau nous a quittés. Ardent défenseur du patrimoine, je le vois un jour arriver la mine déconfite et hors de lui après une conférence de presse. Le maire, l'inénarrable Claude Ketterer, avait annoncé la démolition de la Tour Blavignac, rue de la Tour, à un jet de pierre de l'ancienne Ecole de chimie, où j'avais, entre parenthèse, fabriqué un gaz lacrymogène quand j'étais étudiant en médecine. Il avait fallu évacuer le bâtiment.


La Tour abritait un charmant bistrot, le Pointu. Ketterer avait déjà démoli le ravissant petit observatoire face au Musée d'art et d'histoire et les Genevois s'étaient révoltés. Pour l'Observatoire, mon collègue Francis Montfort avait écrit fort justement: "Evidemment, ce n'est pas du côté du Conseil administratif qu'on s'attend à voir briller des étoiles". 
J'ai alors dit à Jean-Jacques d'exprimer sa colère, et que j'en ferai la "Une" du journal. Titre: "La Tour prend garde", avec la photo du bâtiment sur quatre colonnes. Nous avions demandé l'avis de nos lecteurs et il avait fallu deux pages pleines pour publier leurs lettres. Certaines missives venaient des Etats-Unis et déclaraient: "Arrêtez de démolir votre ville pour construire des saloperies, c'est pire chaque fois que nous revenons à Genève".
Eh bien, la Tour est toujours debout. Et lorsque je passe devant, je pense à mon collègue Jean-Jacques et à notre opération sauvetage avec un certain plaisir.
Jean-Claude Ferrier

Commentaires

Sacré Jean-Jacques... Et comment vont les Bébés phoques ?
Je crois que si le Paradis existe, il doit être plein d'animaux gentils, juste pour lui.

Écrit par : Séraphin Lampion | 14/07/2008

Je n'ai pas connu J.J.Marteau mais son nom m'est connu depuis que j'ai une dizaine d'années, cela veut dire pas mal de temps, car il était le parrain d'un de mes copains de classe pendant des années, Nicolas Burgy fils de Renato.
S'il aimait les animaux et la Tour Blavignac, c'était sûrement un type bien.

Voilà mes maigres souvenirs de J.J.Marteau dont j'ai souvent lu les textes par contre.

Barbara Stryjenski

Écrit par : Barbara Stryjenski | 14/07/2008

J'ai bien connu JJM, un petit bonhomme dont l'énergie n'avait rien à voir avec le physique!

Pour sûr un Monsieur comme on dit d'un homme de bien.

Son intégrité et sa candeur en ont fait pour moi un repère, une sorte de borne à ne pas franchir.

Ce que nous pouvons tous regretter c'est que ceux contre lesquels il s'est souvent insurgé soient ceux qui ont les honneurs et le pouvoir. Ils ne méritent ni l'un ni l'autre.

Jean-Jacques si fichait bien des deux, preuve que c'était un sacré bonhomme!

Ciao Jean-Jacques, bonne route et fasse le Seigneur que nous nous retrouvions lors du prochain "tour de piste ici bas".

J'estime avoir été gâté de pouvoir te connaître et bien malheureux de ne pas avoir été plus proche de toi et de tes combats.

Jules

Écrit par : jules | 14/07/2008

Les commentaires sont fermés.