17/12/2007

L'amiante, une invitée bien embarrassante

"L'amiante s'est invitée vendredi au Grand Conseil genevois lors du débat sur le budget 2008 de l'Etat", écrivait l'ats dans sa dépêche sur le sujet. Dans la matinée, le Grand Conseil a en effet voté à la hâte un crédit d'investissement additionnel de 10 millions de francs pour mener une étude sur l'amiante et entreprendre des travaux d'assainissement du Cycle d'orientation du Foron l'an prochain. Rédigé à la main sur une feuille à la dernière minute, l'amendement réclamant ces fonds a été accepté sans trop de débats. Il est pourtant annonciateur de dépenses bien plus importantes. Faites le calcul: 308 bâtiments publics sont suspecté de contenir de l'amiante. Parmi eux, quinze cycles d'orientation sur vingt et 77 écoles primaires sur 165. En chiffrant les travaux à quelques millions par bâtiment, on arrive à des sommes qui risquent de peser lourds... sur le budget.

Et il faudra payer. Car le plus important est bien sûr ailleurs. Il s'agit avant tout d'un problème de santé publique. Pendant longtemps, les efforts d'éradication de l'amiante, substance, rappelons-le qui peut provoquer le cancer de la plèvre, se sont concentrés sur son utilisation dans la dispersion, le flocage. Les ouvriers de la construction ont été suivis. Or, depuis peu, les faux-plafonds et l'utilisation de l'amiante pour isoler les tuyaux est aussi montrée du doigt. Le cas de deux employés du Cycle du Foron, tous deux malades et dont les maux sont liés à la présence d'amiante dans cette école, nous a ouvert les yeux. Les dangers, même minimes pour la santé dans le cas des faux-plafonds et des tuyaux, devront être réduits à zéro. Et il n'y aura qu'une solution. Enlever tous les éléments contenant de l'amiante et fermer la porte à cette invitée décidemment bien embarrassante. Jean-Yves Clémenzo

Les commentaires sont fermés.