12/05/2009

450e du collège Calvin: Elite et ratures

calvin statue rouge 2 mai 09.pngLa soirée des retrouvailles dans la cour du Collège Calvin de samedi soir continue de remuer des souvenirs. Nous avions cité Michel Simon, présent il y a 50 ans au 400e anniversaire de l'institution. Il avait déclaré: "Il n'est pas nécessaire d'avoir été bon élève pour faire la joie de ses professeurs". Il avait été viré après la 7e. "Simon avait quand même été repéré par par mon grand-oncle, John Copponex", me signale Françoise Copponex. "Vous êtes un cancre, Simon, mais vous irez loin"... lui avait dit son prof. Michel Simon est revenu à Genève pour les obsèques de John Copponex, le seul maître du Collège à l'avoir compris.
Mon illustre copain Ganter, dont j'ai déjà relaté les exploits dans la Tribune de Genève de lundi, s'était fait réprimander par le directeur parce qu'il faisait des conneries avec des copains, lors de sa première année de collège. Le directeur lui avait dit: "C'est inadmissible quand on représente l'élite de demain". De retour chez lui, Ganter avait consulté son dictionnaire pour savoir ce que signifiait le mot élite.
JCF

30/04/2009

Haller au 425e du Collège: "Je serai court, mais bref"

Inauguration du musee de la Reforme.Samedi apres midi, un grand spectacle avait lieu dans la cathedrale et Bernard Haller a prouve que son «sermon» etait toujours d'actualite 16 avril 2005 cyber aldag.jpgOn pensait revoir Bernard Haller au 450e anniversaire du Collège le samedi 9 mai mais le Destin en a décidé autrement. L'humoriste, dont la cérémonie funèbre a eu lieu cet après-midi au temple de Chêne-Bougeries, avait été l'orateur officiel du 425e. Il avait alors parodié le discours d'un ancien directeur de l'institution avec ces paroles: "Je serai court, mais bref".

A l'occasion du 400e, Michel Simon avait déclaré: "Il n'est pas nécessaire d'avoir été bon élève pour faire la joie de ses professeurs". Simon avait été viré du Collège et prié d'aller faire le pitre ailleurs. Ce qu'il a fait avec un certain succès.
Jean-Claude Ferrier

14/07/2008

Jean-Jacques aime son pays

blavignac.gifJean-Jacques Marteau nous a quittés. Ardent défenseur du patrimoine, je le vois un jour arriver la mine déconfite et hors de lui après une conférence de presse. Le maire, l'inénarrable Claude Ketterer, avait annoncé la démolition de la Tour Blavignac, rue de la Tour, à un jet de pierre de l'ancienne Ecole de chimie, où j'avais, entre parenthèse, fabriqué un gaz lacrymogène quand j'étais étudiant en médecine. Il avait fallu évacuer le bâtiment.

Lire la suite